Aux côtés des migrants - Communiqué de la section SNESUP-FSU de Clermont-Ferrand

Documents joints : 
Publié le : 09/10/2017

 

Communiqué du 6 octobre 2017 de la section SNESUP de Clermont-Ferrand

Aux côtés des migrants

Sous des tentes depuis plus d’un mois place du 1 er Mai à Clermont-Ferrand, une centaine de migrants, dont plus de quarante enfants, sont installés depuis mercredi 4 octobre sur le site Gergovia de notre Université Clermont Auvergne. Soutenus par RESF, l’UNEF et de nombreux étudiants solidaires, ces hommes et ces femmes, principalement originaires d’Albanie et de Serbie mais aussi de Côte d’Ivoire, de Guinée ou encore du Mali, ont trouvé au sein de notre espace universitaire un asile temporaire leur permettant d’accéder à l’eau, aux toilettes et à l’électricité. Ils sont tous en attente d’une étude de leurs demandes d’asile et d’hébergement d’urgence. Sollicités et actifs, les services de l’État et de la Ville de Clermont-Ferrand doivent prendre toute la mesure de la situation d’urgence dans laquelle se trouvent ces réfugiés. En leur ouvrant ses portes, notre université s’honore des valeurs de solidarité, d’humanisme et d’universalisme, mais ne pourra pas seule assumer cette situation.

Nous, personnels de l’Université Clermont Auvergne, appelons à un relogement d’urgence de ces populations, digne et conforme à la tradition d’accueil de notre territoire, ainsi qu’à une étude immédiate des demandes d’asile formulées.

Nous sollicitons l’ensemble de la communauté universitaire – personnels administratifs et techniques, enseignants, chercheurs et étudiants – afin qu’elle contribue par des gestes simples, matériels et concrets, à la prise en charge des besoins primaires de ces hommes, femmes et enfants, et à être présents auprès d’eux et des bénévoles les accompagnant dans ce moment difficile.

Nous encourageons l’Université Clermont Auvergne à concevoir, en partenariat avec le tissu associatif et sur le modèle d’autres établissements d’enseignement supérieur français et européens, un programme de formation en français adaptée et de suivi d’études.

Dans le respect de la dignité et de la sécurité de chacun, notre communauté universitaire doit relever le défi social de cet accueil et y répondre avec humanisme.