Le SNESUP-FSU vous présente ses meilleurs voeux pour l'année 2018

Publié le : 16/01/2018

 

 

Chères et chers camarades, membres de notre syndicat,

 Je vous souhaite à toutes et tous une bonne année 2018 ! Combative et pleine de succès dans vos projets et dans les luttes que nous allons devoir mener.

Que cette année nous permette de revaloriser nos métiers, de défendre nos statuts, de développer les services publics, de faire échec aux politiques de ce gouvernement (Plan Étudiants, CSG, point d’indice, jour de carence, réduction des fonctionnaires...) qui s’attaquent à la fois à la fonction publique et au service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
 
2017 aura permis une première revalorisation de nos carrières avec la mise en œuvre du protocole « parcours professionnels, carrières et rémunérations (PPCR) » pour lequel la FSU a obtenu qu’il soit appliqué aux corps d’enseignant.e.s et d'enseignant.e.s-chercheurs/euses de notre ministère (A+). 
 
Cette rentrée, le gouvernement nous enjoint de contribuer à la généralisation de l’accès sélectif à l’enseignement supérieur via le projet de loi ORE et la plateforme ParcourSup. Mais si toutes les formations sélectionnent, la distribution des bacheliers et bachelières ne se fera qu’au « bénéfice » des établissements les plus plébiscités, cette activité ne sera qu’un leurre pour la majorité, elle ne conduira qu’à une hiérarchisation des établissements. Elle n'aura été qu’une activité bureaucratique, vaine pour la plupart d’entre nous, qui n’aura conduit qu’à décourager les lycéen.ne.s les moins sûr.e.s d’eux/elles et à discriminer ceux et celles issu.e.s des classes sociales populaires.
 
Les fusions et les appels d’offre du programme d’investissement d’avenir (PIA) en cours sont également de puissants leviers pour réduire la démocratie universitaire, dégrader nos conditions de travail et bureaucratiser nos structures.

Informons, mobilisons et combattons ces réformes qui ne visent qu'à généraliser la sélection pour restreindre l’accès à l’enseignement supérieur public, à marchandiser notre offre de formation, à déréguler nos statuts et à démanteler le service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.
 
Comme en 1968, en 1986 et en 2007, l’enseignement supérieur et la recherche sont à un tournant historique. Le SNESUP-FSU syndicat majoritaire se doit d’être à la hauteur des enjeux et des attaques.

C’est par des mobilisations locales et nationales, de terrain et institutionnelles, unitaires et majoritaires, que nous imposerons un projet de société qui permette l’accueil et la réussite de toutes et tous.

Bonne reprise et à bientôt !

Bien fraternellement,

Hervé CHRISTOFOL
Secrétaire général du SNESUP-FSU