Décès de Dominique Faudot : hommages et témoignages

Publié le : 20/12/2017

 

 

 

Triste nouvelle

Au nom du SNESUP-FSU j’ai l’immense tristesse de vous faire part du décès de Dominique Faudot, professeure des universités à l’Université de Bourgogne, militante syndicale, membre de notre bureau national, féministe, entièrement dévouée à la défense des collègues et du service public. Elle a présidé la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) de 2010 à 2015. 

Toute notre communauté lui doit beaucoup. Chacun de nous aura pu apprécier son sourire, sa gentillesse, son énergie, son humanisme et sa rigueur. La direction du SNESUP-FSU, très reconnaissante, s’associe à moi pour transmettre toutes nos condoléances à son mari, à ses enfants et à ses proches. 

Hervé Christofol,
Secrétaire général du SNESUP-FSU 
 
***
 
Les obsèques auront lieu le mercredi 27/12 à 13h30
au crématorium de Dijon Mirande
 
***
 
 
Cette page est destinée à recevoir hommages et témoignages
 
 
 
 
 
1. Témoignage d'Amand Chesnel
 
Dominique savait se mettre à la portée et au service de chacun, avec une grande gentillesse. Elle a accompli un énorme travail, en particulier pour la campagne des élections du CNU en 2011 et son mandat de Présidente qui a suivi.
 
C'est une grande émotion de la savoir désormais absente.
Nous gardons ton souvenir vivant, Dominique. Au revoir.
 

Amand Chesnel
Maître de Conférences à l'université de Lorraine

 
2. Témoignage d'André D. ROBERT
 
En tant qu'ancien président SNESUP du CNU 70 de 2011 à 2015, j'exprime ici toute mon émotion face à la nouvelle du décès de Dominique. Aussi bien dans les réunions internes de notre syndicat que dans celles de la CPCNU, Dominique se montrait à la fois résolue dans ses convictions, toujours intelligemment ouverte à la discussion démocratique et d'une extrême courtoisie. Je n'oublierai pas (nous ne pouvons oublier) son magnifique sourire.
 
J'adresse à sa famille et à ses proches mes très amicales condoléances.
 
André D. ROBERT
Professeur des universités émérite
Ex-président du CNU Sciences de l'éducation
 
 
3. Témoignage de Jean-Philippe Farrugia
 
J’ai fait mes études à Dijon, et Dominique a été mon premier professeur de synthèse d’image. C’était quelqu’un d’une très grande gentillesse, que j’appréciais beaucoup, qui m’a beaucoup aidé au début de ma carrière, et dont je n’avais étonnamment plus de nouvelles depuis un moment.
 
J’adresse mes condoléances les plus sincères et émues à ses proches, et je leur souhaite beaucoup de courage dans cette épreuve.
 
Jean-Philippe Farrugia,
Maitre de conférences à l'université Lyon 1
 
 
4. Témoignage de Marie-Jo Bellosta, Antonio Freitas, Frédéric Hooghstoel, Nadia Kabachi, Alamin Mansouri, Frédéric Saubion, Damien Sauveron et Annick Valibouze
 

Un certain nombre d’entre nous ont rencontré pour la première fois Dominique lors de la réunion de la section CNU 27 après l'élection de 2007, et pendant 8 ans ont eu le privilège de travailler en sa compagnie pour nos collègues.

Toujours dynamique et prête à préparer les motions à faire voter par notre section, elle proposait de travailler autour d'une bière et les soirées filaient dans la bonne humeur...

Un jour elle eut l'ambition de nous réunir comme une grande famille dans une maison lors des sessions CNU et commençèrent alors les expériences inoubliables de ces maisons de rêves qu'elle arrivait à nous trouver tant à Montpellier ou Bayonne, qu'à Lille ou Antibes.

Avec Marc, son mari, elle a défendu, avec toute son intégrité, les valeurs de fraternité et de solidarité de notre syndicat et s'est battue pour les droits des femmes (reconnaissance du congé de maternité pour les promotions et CRCT). 

En tant que présidente de la CP-CNU, elle a réussi à tenir tête au gouvernement pendant 4 années.

Chère Dominique,

Chapeau bas !

Cher Marc,

Toute notre affection !

Marie-Jo Bellosta, Antonio Freitas, Frédéric Hooghstoel, Alamin Mansouri, Nadia Kabachi, Frederic Saubion, Damien Sauveron, et Annick Valibouze
Membres élus SNESUP de la 27ème section du CNU

 

5. Témoignage de Marc Delepouve

Dominique a abattu un travail considérable, intellectuel et militant, pour le service public d'enseignement supérieur et de recherche, pour les collègues et pour l'égalité entre les femmes et les hommes. Son sourire et sa franchise me sont inoubliables.

Toutes mes condoléances et mon affection à ses proches.

Marc Delepouve
Membre du Bureau national du SNESUP-FSU
Université de Lille 1

 

6. Hommage-témoignage de Patrick Monfort, Secrétaire général du SNCS-FSU :

Le SNCS-FSU salue avec émotion la mémoire de Dominique Faudot, professeure à l'Université de Bourgogne et militante du SNESUP-FSU, décédée dans la nuit du 19 au 20 décembre 2017. Entre 2011 et 2015, à la présidence de la Commission permanente du Conseil national des Universités (CP-CNU), Dominique Faudot a ardemment servi la cause du service public de l'enseignement supérieur et de la recherche. 

Elle a notamment agi pour rapprocher le CNU et la Conférence des Présidents de section du Comité national de la recherche scientifique. Par son attachement aux instances scientifiques élues de l’enseignement supérieur et de la recherche, elle a défendu les valeurs de la démocratie scientifique et de la collégialité.

Le SNCS veut rappeler sa remarquable enquête sur l'emploi scientifique dans les universités, qui a puissamment contribué à la mobilisation des chercheurs et enseignants-chercheurs en 2013-2014. Les analyses de Dominique Faudot n'avaient d'égales que sa puissance de conviction et sa ténacité de syndicaliste combattante.

Les adhérents et militants du SNCS s'associent à la peine de leurs camarades du SNESUP-FSU. Ils présentent leurs sincères condoléances à sa famille et ses proches.

 

Patrick MONFORT

Directeur de recherche au CNRS
Secrétaire général du SNCS-FSU
 
 
7. Témoignage de Maxime Wack :
 

Au revoir Dominique. J’aurai beaucoup apprécié ta bonne humeur et ton engagement syndical durant nos années CP-CNU.

Je suis triste car tu es trop jeune pour mourir...

Maxime Wack
MdC Emerite FEMTO-ST/disc
UTBM

 

8. Hommage de Laurence Favier :

Surnage, au-delà de la profonde tristesse suscitée par ce décès prématuré et une absence que nous devrons intégrer comme définitive, une belle image, l’image de quelqu’un qui a non seulement fait preuve d’un engagement syndical constant, tant national que local, mais qui avait aussi un profond attachement à l’université. Dans ce pays qui a tellement de difficultés à reconnaître l’institution universitaire, à lui donner la place qu’elle mérite, son parcours et son engagement ont été très stimulants. Je m’accroche au souvenir de ses yeux bleus rieurs pour trouver de l’espoir dans notre avenir commun et puiser de l’énergie à investir dans nos combats présents et à venir.

 

9. Hommage de Nicolas Gregori :

Je ne pourrai pas être présent ce mercredi 27 décembre, mais mes pensées iront vers Dominique et vers Marc et ses proches.
Comme tous, quand je pense à Dominique, c’est une large sourire et des yeux plissés et pétillants que je vois. Je garderai cette image et le souvenir d’une femme de conviction.

Nicolas

 

10. Hommage de Bassir Amiri :

A la mémoire de Dominique, dont le combat a marqué des générations de militants du Snesup. Elle nous laisse le souvenir d’une femme de grande valeur, de convictions, de liberté et d’humanisme engagé, entièrement dévouée au Snesup, qu'elle aura servi sans jamais ménager ses forces ni son énergie. 

Bassir AMIRI
Maître de conférences
Université de Franche-Comté

 

11. Hommage de Maurice Herin :

Toute ma sympathie à Marc Neveu et aux proches de Dominique Faudot. Le décès de Dominique est un coup terrible.Je garde à jamais l'image d'une camarade d'une grande exigence dans ses activités avec sa façon  d'être, mêlant générosité, détermination, sourire et humour. Cette disparition est une perte pour le syndicat, c'est un grand chagrin pour celles et ceux qui ont pu rencontrer et militer avec Dominique Faudot 

Maurice Herin

 

12. Hommage de Hocine Cherifi :

Merci Dominique, 

Pour ta bonne humeur, ta gentillesse, ton dévouement, ton humanité, ta simplicité. Te rencontrer ne serait-ce que quelques instants, c’était toujours un grand moment de plaisir, du baume au coeur. Au-delà de ta famille proche, c’est à ta grande famille que tu vas manquer. Tu existeras encore longtemps dans le coeur des vivants.
 

Hocine CHERIFI